Publié le par Hélène R. dans les rubriques Mémoire du corps, Nouvelles | 216 vues

Que dans un cœur indigné de trop.

Le jour venait de se lever. La pièce était encore sombre, seuls quelques rais de lumière parvenaient à s’infiltrer à travers les fentes des volets fermés. Gladys, emmitouflée dans l’épaisse couverture dormait encore à poings fermés, les boucles emmêlées de ses longs cheveux blonds éparpillés sur la taie d’oreiller. Elle ronflait. David était déjà sorti […]


Publié le par Hélène R. dans les rubriques Amour, Dérivations existentielles, Poésie, Prose | 381 vues

cons finement

Tu le ressens ce manque, dans les regards cette distance que t’inspire la crainte d’un mal invisible, l’envie d’être proche, si proche qu’on pourrait fusionner, s’écoulant l’un dans l’autre jusqu’à s’allonger en flaque sur le sol. Tu le ressens ce vide, l’énergie entre les êtres qui ne passe plus, aucune onde de plaisir en croisant […]


Publié le par Hélène R. dans les rubriques Amour, Dérivations existentielles, Poésie, Prose | 234 vues

Le cœur fermé ? Moi j’irai enfoncer mes mains dans ta chair pour le masser avec vigueur.

Tu finiras par me décevoir je le sais, pourtant je continue de t’attendre prête à absorber en mémoire le moindre de tes mots. Toi parfois tu te sens d’humeur à m’écrire un petit quelque chose, tu m’aimes dans la distance tu me l’as dit oui je sais, moi il m’arrive de passer des heures entières […]


Publié le par Hélène R. dans les rubriques Amour, Dérivations existentielles, Poésie, Prose | 221 vues

Que savons-nous de la peine des gens ? Des photos en soirées dans les bars, des rencontres enfermés dans l’angoisse que l’autre puisse vraiment nous voir, on s’interdit de dire les vérités qui nous enserrent l’œsophage de peur qu’elles nous trahissent, on voudrait si souvent faire croire que l’on est invincible. Qu’elle est belle, qu’il est […]