Publié le par Hélène R. dans les rubriques Dérivations existentielles, Poésie

Raconte

Prédire l’échec de mes entreprises, alors que le chemin est encore tout à prendre.
Il n’y a pas de trop tard ;
les heures existeront encore jusqu’à ma mort.
C’est l’esprit qui empêche à vouloir contrôler les naissances,
avant même que l’enfant ait mis un pied dehors.
Pourtant l’idée est belle.
Il faudrait que la graine soit semée,
que le sol soit foulé
et que les pas se suivent,
une phrase après l’autre,
sans penser à plus loin que les mots devant soi,
au discours qui s’écoule fluide comme l’eau d’une rivière,
que l’on suivrait ensemble,
la peur de mon ego et moi.

*

Cruel destin que celui d’écrire lorsque l’on n’écrit pas,
harassée à l’avance par la tonne de travail trop pesante,
À contempler la montagne trop imposante,
oubliant que les pierres, les graviers, les cailloux,
sont la somme de mes projets agencés ensemble,
et qu’il fut un temps pas si lointain où,
les fouler de mes pieds laissait sous-entendre,
la possibilité de l’accomplissement d’un rêve.

*

Rêver n’est-ce pas avoir envie ?
Envie d’aller vers une finalité infinie de plaisirs ;
pourquoi alors en rogner les contours
avec peur, rejet et désespoir ?
Pourquoi alors renier la force de mes désirs,
en les regardant peu à peu s’éloigner du rivage ?

*

Je n’ai pas trouvé encore la clef qui ouvre toutes mes serrures,
si ce n’est cette volonté sourde qui souvent vient fuir mon regard.
Je sais que les possibles ne seront faits
que si bientôt devient maintenant,
que si peut-être disparaît,
que si la pointe de mon stylo se pose sur le papier.
(Petit à petit l’énergie fugace s’apaise,
soulagée de savoir de nouveau ce qui était su déjà,
prête à entreprendre le prochain poème,
prête à ressaisir le précieux instant.)