Publié le par Hélène R. dans les rubriques Amour, Poésie

Je m’en rends compte maintenant,
que je ne sais rien de toi.
J’écoute tes mots mais ce qu’ils disent me dépasse.
J’entre dans mon cœur et le tien qui ralentit doucement.
STOP.
Comme une rencontre qui mériterait sa fin.
Comme une trame écrite par une oracle.
Ô comme je pourrais chanter sans fin.
Mais j’ai mieux à faire de ma vie.
J’ai à m’enfuir de ce désert qui me cuit.
De ces ouvertures anonymes.
J’ai mieux à faire que de croire en un seul Dieu,
en un seul homme,
en un seul lieu.
Laissez-moi vivre.
Laissez-moi vivre.
Laissez-moi rêver.